J’ai l’assurance de mon salut

cross-1135370_1280.pngJ’ai l’assurance de mon salut … par  la présence du Seigneur Jésus

Aujourd’hui, j’aimerais parler de quelque chose que tout le monde «sait», dans nos milieux chrétiens. Tout le monde le sait tellement, que ça en devient banal. J’aimerais parler du salut, j’aimerais parler de la grâce. Je suis dans la joie parce que je sais que ce blog est lu par beaucoup de chrétiens qui vivent déjà cette grâce au quotidien, des chrétiens qui savent où ils iront lorsque cette vie ici-bas se terminera : «qu’Il revienne ou qu’Il me prenne, par la force du Christ, je tiendrai». Mais aujourd’hui, j’ai vraiment à cœur de revenir à l’essentiel, d’affermir les genoux qui fléchissent, d’encourager notamment les chrétiens qui doutent et/ou qui ont peur de la mort. J’ai aussi envie d’annoncer Jésus à ceux qui ne le connaissent tout simplement pas, ceux qui auraient pris le train de ce blog en cours et qui lisent mes articles (qui parlent de tant de choses) mais qui pourtant ne connaissent pas l’essentiel.

Continuer la lecture de « J’ai l’assurance de mon salut »

Mon identité

Aujourd’hui, mon article aura peut-être des airs de dissertation de philosophie… mais, comme toujours, mon objectif n’est pas d’écrire juste pour écrire : je souhaite partager quelque chose qui a changé ma vision des choses.

Parmi les questions que l’on peut se passer au cours de notre existence, il y a les fameuses interrogations : quel est le but de ma vie ? ou plus simplement pourquoi je me lève le matin ? Continuer la lecture de « Mon identité »

Ne les empêchez pas …

J’ai été touchée cette semaine par un message à propos de l’école du dimanche, que l’on peut bien sûr transposer à notre rôle en tant que parents. Bien souvent, nous « empêchons » nos enfants de venir au Seigneur. Vous ne le croyez pas ? On se fait remplaçants du Saint-Esprit, et même si cela est vrai que ce sont des « enfants » et que nous avons la responsabilité de les conduire vers notre Seigneur, nous sommes très très directifs vis-à-vis de nos enfants. Mais parfois, il faut savoir « lâcher prise », car moi-même, j’ai la conviction que Dieu parle à nos enfants. Parfois, il n’est pas nécessaire d’asséner nos petits à coups de versets bibliques 🙂 , mais simplement de les laisser seul avec notre Dieu. Qu’est ce que Dieu veut te dire ? Je crois que cela ne se fera peut-être pas « naturellement », mais je pense que c’est vraiment quelque chose qui manque dans nos vies. Et je dirai même plus, cette attitude, nous l’avons poursuivi dans nos églises où les messages nous sont souvent « prémachés » et que les chrétiens cherchent davantage la réponse à leurs questions auprès de leur pasteur, de livres, ou autres articles sur Internet. Attention, je ne dis pas qu’il faut tout rejeter : si l’Eglise existe, c’est bien parce que nous avons tous besoin les uns des autres. Maintenant, que cela ne se fasse pas au détriment de notre moment « dans le secret de nos chambres », avec une réelle relation avec notre Dieu, notre Père. Et ceci, aussi pour nos enfants.

 

Le gardien de mon frère

N’imitons pas Caïn : il était du mal et il a tué son frère. Et pourquoi l’a-t-il tué? Parce que sa manière d’agir était mauvaise tandis que celle de son frère était juste.
1 Jean 3:12

Aujourd’hui, on fait parfois un blocage sur ce qui ne va pas dans telle ou telle assemblée. Certains vont même jusqu’à lancer des propos incendiaires entre «chrétiens». Je me souviens des propos d’un auteur sur le sujet : si vous trouvez l’église parfaite, elle deviendra imparfaite dès le moment où vous y entrez. C’est vrai que les chrétiens sont des personnes imparfaites … que le Père ne cesse de parfaire, à son image. Être parfaits comme le Père est parfait s’illustre dans l’amour que nous témoignons envers les autres.

« « Vous avez entendu qu’il a été dit : “Tu dois aimer ton prochain et haïr ton ennemi.” Eh bien, moi je vous dis : aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. Ainsi vous deviendrez les fils de votre Père qui est dans les cieux. Car il fait lever son soleil aussi bien sur les méchants que sur les bons, il fait pleuvoir sur ceux qui lui sont fidèles comme sur ceux qui ne le sont pas. Si vous aimez seulement ceux qui vous aiment, pourquoi vous attendre à recevoir une récompense de Dieu ? Même les collecteurs d’impôts en font autant ! Si vous ne saluez que vos frères, faites-vous là quelque chose d’extraordinaire ? Même les païens en font autant ! Soyez donc parfaits, tout comme votre Père qui est au ciel est parfait. » »
Matthieu 5:43-48 

Ne nous trompons pas de combat. Oui, il faut nous avertir les uns les autres et ne pas laisser notre frère foncer droit dans le mur. Nous sommes coupables si nous le savons et que nous ne le faisons pas (Ez 33:7-9). Mais examinons bien notre cœur dans cette démarche : est-ce que je fais vraiment cela par amour, ou par amertume ou envie de détruire ? Je ne veux pas commettre le péché de Caïn, et tuer mes frères en Christ. C’est juste affreux de se dire qu’on le fait encore aujourd’hui. Aie pitié de nous Seigneur, sonde nos cœurs, remplis nous de ton amour, d’un amour qui se voit à l’extérieur.

Voici comment nous avons connu l’amour: Christ a donné sa vie pour nous; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères et sœurs. Si quelqu’un qui possède les biens de ce monde voit son frère dans le besoin et lui ferme son cœur, comment l’amour de Dieu peut-il demeurer en lui? Petits enfants, n’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actes et avec vérité. Par là nous saurons que nous sommes de la vérité et nous rassurerons notre cœur devant lui. En effet, même si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur et il connaît tout.
1 Jean 3:16‭-‬20