La loi du glanage

Dieu appelle les gens à offrir aux pauvres des possibilités de travailler de manière productive (Ruth 2: 17-23)

La manière la plus importante par laquelle Dieu surmonte les obstacles à notre fécondité passe par les actions des autres. Dans le livre de Ruth, nous voyons cela à la fois dans la loi de Dieu, dans la société et dans ses conseils aux individus.

La loi de Dieu appelle les gens à fournir des opportunités économiques aux pauvres (Ruth 2: 17-23).

L’action du Livre de Ruth est centrée sur le glanage, l’un des éléments les plus importants de la loi pour la protection des personnes pauvres et vulnérables. Les exigences sont définies dans Lévitique, Deutéronome et Exode.

Et quand vous ferez la moisson dans votre pays, tu n’achèveras point de moissonner le bout de ton champ, et tu ne ramasseras point la glanure de ta moisson; Tu ne grappilleras point ta vigne, et tu n’en recueilleras pas les grains tombés; tu les laisseras au pauvre et à l’étranger: Je suis l’Éternel, votre Dieu.
Lévitique 19:9‭-‬10

 

Quand tu feras ta moisson dans ton champ, et que tu y auras oublié une poignée d’épis, tu ne retourneras point pour la prendre; elle sera pour l’étranger, pour l’orphelin et pour la veuve, afin que l’Éternel ton Dieu te bénisse dans toutes les œuvres de tes mains. Quand tu secoueras tes oliviers, tu n’y retourneras point pour examiner branche après branche; ce qui restera sera pour l’étranger, pour l’orphelin et pour la veuve. Quand tu vendangeras ta vigne, tu n’y feras pas grappiller après toi; ce qui restera sera pour l’étranger, pour l’orphelin et pour la veuve. Et tu te souviendras que tu as été esclave au pays d’Égypte; c’est pourquoi, je te commande de faire cela.
Deutéronome 24:19‭-‬22

 

Pendant six années tu sèmeras la terre, et tu en recueilleras le produit; Mais la septième, tu la mettras en jachère et la laisseras reposer; et les pauvres de ton peuple en mangeront les fruits, et les animaux des champs mangeront ce qui restera. Tu en feras de même de ta vigne, de tes oliviers.
Exode 23:10‭-‬11

La base de la loi est l’intention que toutes les personnes aient accès aux moyens de production nécessaires pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. En général, chaque famille (sauf parmi la tribu sacerdotale des Lévites, qui était soutenue par les dîmes et les offrandes) devait avoir un lot perpétuel de terre qui ne pourrait jamais être aliéné (Nombres 27: 5-11, 36: 5-1; Deutéronome 19:14, 27:17; Lévitique 25). Ainsi, tout le monde en Israël aurait les moyens de cultiver des aliments. Mais les étrangers, les veuves et les orphelins ne recevraient généralement pas un héritage de terres, ils étaient donc vulnérables à la pauvreté et à la maltraitance. La loi du glanage leur a permis de subvenir à leurs besoins en récoltant les bords du champ, les grains et les produits non mûrs ou manquants pendant la première récolte et tout ce qui est apparu dans les champs en friche chaque année. L’accès au glanage devait être fourni gratuitement par chaque propriétaire.

Ces passages suggèrent trois raisons pour les lois de glanage. La générosité envers les pauvres

  1. était une condition préalable pour que Dieu bénisse le travail des mains des peuples (Deutéronome 24:19);
  2. devait être guidé par le souvenir de l’expérience d’Israël sous des maîtres d’esclaves cruels et abusifs en Egypte (Deutéronome 24: 22a);
  3. est une question d’obéissance à la volonté de Dieu (Deutéronome 24: 22b).

Nous voyons ces trois motivations dans les actions de Boaz:

  1. il bénit Ruth,
  2. il se souvint de la grâce de Dieu envers Israël
  3. il la félicita de se placer entre les mains de Dieu (Ruth 2:12).

C’est une question ouverte de savoir comment les lois sur les terres et les récoltes ont été pleinement appliquées dans l’ancien Israël, mais Boaz les a conservées de manière exemplaire.

Les lois de glanage fournissaient un réseau de soutien remarquable aux personnes pauvres et marginalisées, du moins dans la mesure où elles étaient effectivement pratiquées. Nous avons déjà vu que l’intention de Dieu est que les gens reçoivent sa fécondité en travaillant. Le glanage a fait exactement cela. Elle offrait une opportunité de travail productif à ceux qui, autrement, devaient dépendre de la mendicité, de l’esclavage, de la prostitution ou d’autres formes de dégradation. Le glanage a maintenu les compétences, le respect de soi, le conditionnement physique et les habitudes de travail qui les rendraient productifs dans l’agriculture ordinaire, si l’occasion du mariage, de l’adoption ou du retour dans leur pays d’origine se présentait. Les propriétaires fonciers ont offert des possibilités mais n’ont pas eu la possibilité de les exploiter. Il n’y avait pas de travail forcé. La prestation était disponible localement partout dans le pays sans qu’il soit nécessaire de recourir à une bureaucratie lourde et sujette à la corruption. Cela dépend cependant de la formation du caractère de chaque propriétaire foncier afin de respecter la loi de glanage, et nous ne devrions pas idéaliser les circonstances auxquelles les pauvres gens ont été confrontés dans l’ancien Israël.

Dans le cas de Boaz, Ruth et Naomi, les lois en vigueur ont fonctionné comme prévu. Sans la possibilité de glaner, Boaz aurait dû faire face à deux alternatives une fois qu’il aurait pris conscience de la pauvreté de Ruth et Naomi. Il pourrait les faire mourir de faim, ou il aurait pu avoir des plats cuisinés (du pain) livrés à leur domicile. La première est inacceptable, mais la seconde, même si elle a peut-être allégé leur faim, les aurait rendues plus dépendantes de Boaz. En raison de la possibilité de glaner, Ruth pouvait non seulement travailler pour la récolte, mais aussi utiliser le grain pour faire du pain grâce à son propre travail. Le processus a préservé sa dignité, fait usage de ses compétences et de ses capacités, l’a libérée, ainsi que Naomi, de sa dépendance à long terme et les a rendus moins vulnérables à l’exploitation.

Dans les débats sociaux, politiques et théologiques d’aujourd’hui sur la pauvreté et les réponses privées et publiques à ces questions, il convient de garder à l’esprit ces aspects du glanage et de les débattre avec vigueur. Les chrétiens ne s’entendent pas sur des questions telles que les responsabilités individuelles et les responsabilités sociales, les moyens privés et publics et la répartition des revenus. Une réflexion minutieuse sur le Livre de Ruth est peu susceptible de résoudre ces désaccords, mais peut-être peut-elle mettre en évidence des objectifs communs et un terrain d’entente. La société moderne n’est peut-être pas bien adaptée au sens littéral et agricole, mais y a-t-il des aspects qui peuvent être incorporés aux manières dont les sociétés prennent en charge les personnes pauvres et vulnérables aujourd’hui? En particulier, comment pouvons-nous donner aux personnes l’occasion d’avoir accès aux moyens de travail productifs plutôt que d’être étouffées par la dépendance ou l’exploitation?

Dieu conduit les individus à offrir des opportunités économiques aux pauvres et aux vulnérables (Ruth 2: 17-23)

Boaz a été inspiré pour aller beaucoup plus loin que ce que la loi exige pour venir en aide aux pauvres et aux personnes vulnérables. Les lois de glanage imposaient simplement aux propriétaires fonciers de laisser des produits dans les champs pour les étrangers, les orphelins et les veuves. Cela signifiait généralement que les pauvres et les personnes vulnérables avaient des tâches difficiles, dangereuses et inconfortables, telles que la récolte de céréales aux abords des champs ou dans les oliviers. Les produits qu’ils ont obtenus de cette manière étaient généralement de qualité inférieure, tels que les raisins et les olives tombés au sol ou n’ayant pas complètement mûri. Mais Boaz dit à ses travailleurs d’être activement généreux. Ils devaient extraire les grains de première qualité des tiges qu’ils avaient coupées et les laisser sur le chaume pour que Ruth vienne les chercher. Le souci de Boaz n’était pas de satisfaire au minimum un règlement, mais de fournir véritablement Ruth et sa famille.

De plus, il a insisté sur le fait qu’elle glanait dans ses champs (gardant ce qu’elle récoltait pour elle et Naomi, bien sûr) et s’attachait à ses travailleurs. Non seulement il lui donnait accès à ses champs, mais il lui donnait effectivement l’un de ses bras, au point de s’assurer qu’elle recevait une part proportionnelle de la récolte (Ruth 2:16).

Dans un monde où toutes les nations, toutes les sociétés ont des personnes sous-employées ou sans emploi qui ont besoin d’opportunités de travail, comment les chrétiens peuvent-ils imiter Boaz? Comment pouvons-nous encourager les gens à appliquer les compétences et les talents que Dieu leur a donnés pour créer des biens et des services qui emploient des personnes de manière productive? Comment pouvons-nous façonner la formation du caractère des personnes qui possèdent et gèrent les ressources de la société afin qu’elles offrent avec empressement et créativité des possibilités aux pauvres et aux marginalisés?

Comment, en effet, ces questions s’appliquent-elles à nous? Est-ce que chacun de nous est une personne de moyens, même si nous ne sommes pas riches comme Boaz? Les gens de la classe moyenne ont-ils les moyens et la responsabilité de fournir des opportunités aux pauvres? Qu’en est-il des pauvres eux-mêmes? Qu’est-ce que Dieu pourrait faire chacun de nous pour apporter sa bénédiction de fécondité aux autres travailleurs et aux futurs travailleurs?

Laisser un commentaire