Les livres de la Sagesse

Il y a 3 livres dans la Bible qui sont appelés  » Les Livres de la Sagesse  » : Proverbes, l’Ecclésiaste et Job.

Tous ces livres abordent les mêmes questions:

  • Dans quel genre de monde vivons-nous?
  • C’est quoi bien vivre dans ce monde ?
  • Comment réussir sa vie ?

Chacun de ces livres aborde ces questions d’un angle spécifique, et c’est important de comprendre chacun d’eux pour saisir l’avis biblique complet sur la question.

Proverbes

Le mot « proverbe » fait généralement référence à un court dicton intelligent qui offre une sorte de sagesse. Le but de ce livre est de nous aider à développer un ensemble de compétences pratiques pour bien vivre dans le monde de Dieu, et c’est lié à une autre idée clé dans l’introduction: la crainte du Seigneur. La crainte de Dieu est un état d’esprit moral qui reconnaît que je ne suis pas Dieu, et que je n’arrive pas à faire mes propres définitions du bien et du mal, du juste et du mauvais. Au contraire, je dois m’humilier moi-même devant Dieu et embrasser la définition du bien et du mal de Dieu, même si c’est gênant pour moi.

La littérature de la sagesse biblique diffère des autres parties de la Bible. Ces livres explorent comment vivre bien dans le monde de Dieu, mais la sagesse n’est pas le même chose que la loi, comme ce que Moïse a donné à Israël sur le mont Sinaï. Et ce n’est pas la même chose que la prophétie, une parole divine au peuple de Dieu. La littérature de sagesse possède un aperçu accumulé du peuple de Dieu à travers les générations sur la façon de vivre d’une manière qui honore Dieu et les autres.

Et donc à travers le livre des Proverbes maintenant, ces mots humains sur la sagesse sont assemblés en tant que Parole de Dieu et sagesse de son peuple.

Tout d’abord les proverbes sont, par nature, des probabilités. Si vous craignez l’Éternel et que vous faites de bons choix, les choses vont probablement bien aller pour vous. Et si vous ne craignez pas l’Éternel, si vous êtes fous, votre vie ne va probablement pas aller si bien. Tout cela est souvent vrai, mais pas toujours. Ce qui nous amène à l’autre point qui est que les proverbes ne sont pas des promesses, ils ne sont pas des formules de succès.

Quelques proverbes, par exemple:

  • La crainte du Seigneur prolonge votre vie mais les années des méchants sont écourtées.
  • Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas.

Alors oui, craindre Dieu, être une personne morale sera plus susceptible de conduire à une meilleure durée de vie et élever vos enfants dans un foyer aimant et stable les placera dans de bonnes dispositions. Mais il n’y a aucune garantie.

Beaucoup de choses peuvent et souvent vont mal dans notre monde. Par nature, les proverbes mettent l’accent sur la règle générale, mais pas les exceptions. Lesquelles sont nombreuses, et les livres de sagesse ne sont pas réellement ignorants de cela. Les exceptions sont avec les autres livres de sagesse: Job et Ecclésiaste, où il est question de tout cela.

Et ensemble, ils reconnaissent que la vie est trop complexe pour des formules simples, ce qui est la raison pour laquelle nous avons besoin des 3 livres de la sagesse pour obtenir le plus grande image.

Job

Le livre des Proverbes, nous montre combien Dieu est sage et juste. Nous y avons appris que Dieu a ordonné le monde pour qu’il soit équitable. Les justes sont récompensés, les méchants sont punis. Autrement dit, on obtient ce qu’on mérite.

Mais juste après l’Ecclesiaste nous fait remarquer qu’on obtient pas toujours ce qu’on mérite. Il dit que le monde n’est pas toujours équitable, que la vie est imprévisible et difficile à comprendre, tout comme la fumée. Et on peut se demander : Dieu est-il vraiment sage et juste?

C’est cette question qui sera explorée dans le dernier livre de sagesse: Job.

Le livre de Job ne résout pas l’énigme du « pourquoi de mauvaises choses arrivent aux gens bien ». Il nous invite plutôt à faire confiance à la sagesse de Dieu quand nous expérimentons la souffrance, au lieu d’essayer de comprendre la raison de celle-ci.

Quand on cherche des raisons on a tendance

  • soit à simplifier Dieu, comme les amis de Job
  • soit, comme Job, à accuser Dieu sur la base d’éléments incomplets.

Le livre nous invite à présenter honnêtement nos douleurs et nos accusations à Dieu et à croire que Dieu se soucie réellement de nous, et qu’Il sait ce qu’Il fait.

Ecclésiaste

Même en vivant par la sagesse et la crainte du Seigneur, tout est « Hevel » parce que ça ne garantit pas une bonne vie. Les bonnes personnes meurent tragiquement et les gens horribles vivent longtemps et prospèrent. Il y a juste trop d’exceptions et même la sagesse est « Hevel » – pas dénuée de sens, mais une énigme – la sagesse ne fonctionne pas de la façon dont vous pensez qu’elle le devrait tout le temps.

Quelle est donc la voie à suivre au milieu de tout cet « Hevel »?

Ici paradoxalement, la clé de la vraie jouissance de la vie sous le soleil: c’est d’accepter « Hevel ». C’est reconnaître que tout dans votre vie est totalement hors de votre contrôle.

Environ six différentes fois, à certains des moments les plus sombres de son monologue, l’enseignant parle du don de Dieu, qui est la jouissance des bonnes choses simples de la vie, telles que l’amitié, la famille, un bon repas ou une journée ensoleillée. Vous ne pouvez pas contrôler ces choses, vous ne pouvez certainement pas les garantir, mais c’est leur beauté lorsque j’en viens à adopter une attitude de confiance totale en Dieu; ça me libère pour simplement profiter de ma vie pendant que j’en fais l’expérience, non pas comme je pense qu’elle devrait être parce que même mes attentes au sujet de ce que la vie devrait être en fin de compte sont « Hevel », « Hevel », tout sous le soleil est absolument « Hevel », Ainsi, les paroles de l’enseignant s’achèvent.

Juste ici, à la fin, l’auteur parle de nouveau et il mène le tout à une conclusion. Il dit qu’il est très important pour nous d’entendre les mots de l’enseignant. Il les assimile à un bâton de berger avec un aiguillon, un bout pointu qui pourrait faire mal quand il vous pousse. Mais il dit que l’enseignant essaie de vous aiguillonner afin de vous aider à aller dans la bonne direction, vers une plus grande sagesse.

L’auteur nous met ensuite en garde que l’on pourrait prendre les mots de l’enseignement trop loin et passer ainsi sa vie entière dans les livres en essayant de répondre aux énigmes existentielles de la vie. N’essayez pas! Il dit que vous n’y arriverez jamais.

Et donc, l’auteur offre sa propre conclusion à la place et c’est ceci: Craignez Dieu et garder ses commandements, c’est le devoir de l’homme. Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, tout chose cachée, qu’elle soit bonne ou mauvaise.

L’auteur pense qu’il est bon de laisser l’enseignant s’attaquer à vos faux espoirs et vous rappeller que le temps et la mort rendent la plupart de la vie complètement hors de votre contrôle, mais ce qui donne un vrai sens à la vie est l’espoir du jugement de Dieu, l’espoir qu’un jour, Dieu effacera toutes les « Hevel » et apportera une véritable justice dans notre monde. C’est cet espoir qui devrait alimenter une vie d’honnêteté et d’intégrité devant Dieu malgré le fait que je reste perplexe par la plupart des mystères de la vie.

 


Retrouver l’ensemble de la série

  • - Cette série est tirée du site The Bible Project. Les livres de sagesse de l’Ancien Testament offrent trois perspectives différentes sur la manière de bien vivre dans le bon monde de Dieu. Ils révèlent la sagesse recueillie de générations de personnes pieuses et nous invitent à considérer la complexité et la simplicité de la vie …

Laisser un commentaire