Mon identité

Aujourd’hui, mon article aura peut-être des airs de dissertation de philosophie… mais, comme toujours, mon objectif n’est pas d’écrire juste pour écrire : je souhaite partager quelque chose qui a changé ma vision des choses.

Parmi les questions que l’on peut se passer au cours de notre existence, il y a les fameuses interrogations : quel est le but de ma vie ? ou plus simplement pourquoi je me lève le matin ?

Certains répondent facilement à ces questions, telle une évidence, ils connaissent « la cause » qu’ils servent. D’autres n’ont pas de réponse évidente à la question, et ne s’en portent pas plus mal : en effet, pourquoi ne pas simplement vivre au jour le jour, sans se soucier du lendemain ? Enfin, il y a ceux qui n’ont pas de réponse et qui en éprouvent un malaise plus ou moins profond.

Mon peuple est détruit, faute de connaissance. Puisque toi tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai, afin que tu n’exerces plus devant moi le sacerdoce; puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, moi aussi j’oublierai tes enfants.
Osée 4:6

En tant que chrétien, cette question nous concerne aussi. Elle ne se formulera peut-être pas de la même façon, mais y réflechir me semble important… voire vital. Si vous « fréquentez le milieu », la réponse pourra vous sembler « évidente ». Je suis née pour louer Dieu. Tout ce que je fais, je le fais « au nom de Jésus », « comme pour le Seigneur ». Une évidence ?

Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. Éphésiens 2:10

Tout ce que vous faites, faites-le de bon coeur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes. Colossiens 3:23

On oppose parfois la foi et les oeuvres. On dit souvent que nous sommes sauvés par la grâce. On dit également que sans les oeuvres, notre foi est morte. Alors, il peut nous arriver que pour « s’assurer » que notre foi soit vivante, on « fasse » les oeuvres, pensant plaire à Dieu. Oui, c’est un peu compliqué. Mais comprenons-nous bien, notre vie chrétienne ne se base pas sur un comportement, mais sur une transformation de coeur. Ce n’est pas ce que je fais qui détermine ce que je suis. C’est ce que je suis qui me permet de faire ce que je fais. Et c’est l’exercice de ce que je fais, qui me permet de m’ancrer encore plus dans ce que je suis déjà. Je vous avais dit que c’est un peu « philosophique » … 🙂 .

Ou dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais; car on connaît l’arbre par le fruit. Matthieu 12:33

Je vais être concrète et parler de moi (oui, c’est mon blog, après tout). Comme je le racontais dans mon témoignage, j’ai eu la bénédiction d’avoir grandi dans une famille chrétienne. J’ai rapidement compris qu’il y avait « les choses à faire » et « les choses à ne pas faire ». Puis, j’ai appris à connaître à Dieu, et à vraiment prendre conscience de QUI IL EST (enfin, en partie, bien sûr). Mais ce n’est que bien plus tard que j’ai compris QUI JE SUIS en Jésus. Et comprendre cela, ça a vraiment été libérateur.

Jusqu’à aujourd’hui, quand les écrits de Moïse sont lus, un voile recouvre leur cœur; mais lorsque quelqu’un se convertit au Seigneur, le voile est enlevé. Or le Seigneur, c’est l’Esprit, et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous qui, sans voile sur le visage, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés à son image, de gloire en gloire , par l’Esprit du Seigneur. 2 Corinthiens 3:15‭-‬18

Alors qui suis-je ? Je suis chrétienne, car je crois en ma nature pécheresse qui a été rachetée par le sang de Jésus sur la Croix. Dès lors que j’ai compris cela, j’ai la foi que Dieu a changé « quelque chose » en moi. Il m’a transformé de l’intérieur, et bien plus que cela, Il m’équipe pour cette nouvelle vie : c’est son Esprit qui habite en moi, je suis née de l’Esprit. Dès cet instant, c’est-à-dire dès le moment où j’ai mis ma foi en ce Dieu d’amour qui m’a racheté, je sais que je Lui appartiens, je suis enfant de Dieu.

Ainsi donc, déclarés justes sur la base de la foi, nous avons la paix avec Dieu par l’intermédiaire de notre Seigneur Jésus-Christ; c’est aussi par son intermédiaire que nous avons accès par la foi à cette grâce, dans laquelle nous tenons ferme, et nous plaçons notre fierté dans l’espérance de prendre part à la gloire de Dieu.
Romains 5:1‭-‬2

En effet, alors que nous étions encore sans force, Christ est mort pour des pécheurs au moment fixé. A peine mourrait-on pour un juste; peut-être accepterait-on de mourir pour quelqu’un de bien. Mais voici comment Dieu prouve son amour envers nous: alors que nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.
Romains 5:6‭-‬8

Cette paix, cette assurance, cette liberté … certains chrétiens ne les vivent pourtant pas.  Je ne suis pas du tout en train de lancer la pierre, et les forcer à faire « comme si ». Mais c’est un vrai pas de FOI, c’est vraiment par la foi que nous pouvons saisir cette promesse. Croyons-nous que ce que la Bible dit est vrai ? On peut se demander pourquoi nous sommes toujours enclins à pécher, pourquoi notre vie n’est pas parfaite, etc, etc … Il y a cette sorte d’incompatibilité entre ce que nous sommes devenus (enfants de Dieu) et une partie de nous-mêmes. Mais en s’appuyant sur cette nouvelle identité, en croyant que Dieu a fait de nous de nouvelles créatures dès lors que nous nous sommes convertis, nous avons aussi l’assurance que Dieu nous forme, nous apprend et nous fait grandir en Lui de diverses façons. Nous ne sommes pas exempts des luttes et des épreuves, mais nous pouvons saisir dès à présent l’héritage que Dieu nous a promis, regarder vers le ciel sans être affecté par les choses de ce monde.

Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.

Romains 8:37-39

Laisser un commentaire