Relation personnelle

La relation personnelle avec Dieu est un point qui est très important dans ma vie. Peut être parce que j’ai beaucoup eu tendance à suivre des leaders religieux plus que Jésus lui-même. Et, sans même m’en rendre compte, dans presque chacune de mes réflexions, j’insistais toujours sur le fait de s’appuyer toujours sur la Parole de Dieu plutôt que sur la parole des hommes.

La Parole de Dieu

Je ne sais pas comment Dieu a choisi de vous parler mais me concernant, Il met sur mon cœur sa Parole à chaque situation où mon cœur est ouvert (et hélas, bien des fois encore, mon cœur était fermé et je n’ai pas été à son écoute). Assez étonnamment – mais quand on y pense bien, n’est-ce pas là la grandeur de notre Dieu – une grande majorité des paroles qui viennent sur mon cœur à un instant me ramène à un livre particulier de la Bible (et cela arrive plutôt souvent en fait).

Avant, il m’arrivait fréquemment de tirer des versets de la Bible et de les appliquer tels quels à ma vie : une promesse, une recommandation… Il m’arrivait fréquemment aussi de chercher (à tout prix ?) dans la Bible les versets qui justifierait un comportement, une pratique… quitte à ne pas lire le contexte. C’est la même chose lorsque je « devais préparer un partage ». Je cherchais dans la Bible ce qui pouvait aller dans le sens où je voulais que ça aille. Je ne dis pas qu’il ne faut plus creuser dans la Bible par rapport à un thème ou bien préparer un message. Je dis simplement que je ne pensais pas faire mal mais que finalement,  j’ai tordu la Parole de Dieu sans forcément écouter sa voix. À y regarder de plus près,  et me concernant, j’utilisais la Bible à mon service et non pas pour écouter ce que Dieu voulait vraiment me dire. C’est un peu comme si vous preniez un extrait d’une de mes notes et que vous l’utilisiez pour justifier quelque chose contraire à ce que je pense.
Bref, tout ça pour dire d’être à l’écoute de ce que Dieu a à nous dire.

Petit aparté : si vous êtes en train de prier pour entendre plus clairement la voix de Dieu ou comprendre sa volonté (c’était ma prière et je pense que c’est une sage aspiration pour quelqu’un qui cherche Dieu), je veux simplement vous partager que sa volonté est dans sa Parole, la Bible, et ce qu’il manque peut-être, c’est « notre volonté » à l’écouter (ou peut-être notre manque de foi) … et y obéir ! Et cela commence souvent par les petites choses, les petits compromis … Réfléchissons-y bien !

Pour en revenir à ma relation avec la Parole de Dieu, il m’est arrivé un dilemme dans mon cheminement avec le Seigneur : fallait-il se confier à Dieu ou aux hommes ? « A Dieu évidemment ! », me direz-vous et, (évidemment aussi), j’étais convaincue que je me confiais à Dieu. Mais lorsque l’on est confronté à ce que dit la Parole comparé à ce que peuvent dire parfois nos « leaders spirituels » (pasteurs, orateurs, « mentors », ou même des auteurs de livres très connus), n’est-on pas de tenté de suivre simplement « ce qu’on m’a dit » ? Dans la Bible, il y a écrit telle chose, mais j’aimerais quand même savoir ce qu’en disent les personnes qui connaissent bien le sujet ?

Psaume 118:8-9

Mieux vaut trouver un abri dans le Seigneur que de mettre sa confiance dans les humains ;    mieux vaut trouver un abri dans le Seigneur que de mettre sa confiance dans les nobles.

Pour être totalement honnête, je ne faisais pas confiance au Saint-Esprit (je ne m’en rendais pas compte à l’époque mais aujourd’hui, je comprends) car j’avais toujours besoin qu’une chose écrite soit confirmée par quelqu’un qui connaissait mieux que moi le sujet. Attention tout de même, car je ne veux pas dire que ceux qui nous enseignent ne servent à rien (1 Corinthiens 12). D’ailleurs Dieu nous demande de les traiter avec respect (1 Thessaloniciens 5:12), ainsi que les anciens. Dieu a donné des dons à chacun pour l’édification de son Église et son plan divin n’est pas que nous grandissions tout seul dans notre coin (Ephésiens 4). Mais n’oublions qui est notre berger (voir Ezéchiel 34 sur ce que Dieu a dit sur les bergers d’Israël qui ont été infidèles) et où est la source, la Vérité.  Et par rapport à la confirmation de ce qu’il y a écrit dans la Bible, Dieu confirme toujours ce qu’Il dit, cela peut être par une autre parole, par une situation, par un frère ou une sœur qui a reçu le même message, … Aujourd’hui, j’ai choisi de faire confiance à Dieu, à ce qu’Il dit dans sa Parole, j’ai l’assurance que son Esprit agit en moi et s’il m’arrive de mal interpréter quelque chose, « Dieu me révélera ce qu’il en est ». Il est fidèle et juste et Il connaît nos cœurs.

Hébreux 8:10-13
Mais, voici l’alliance que je traiterai avec la maison d’Israël, en ces jours-là, dit le Seigneur; je mettrai mes lois dans leur esprit, et les graverai dans leur cœur; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple; Et aucun d’eux n’enseignera plus son prochain ni son frère en lui disant: Connais le Seigneur; car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux. Parce que je leur pardonnerai leurs injustices, et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés, ni de leurs iniquités. En parlant d’une alliance nouvelle, il déclara vieille la première; or, ce qui est devenu ancien et vieux est près d’être aboli.

La prière

Lorsqu’on explique ce qu’est la prière à des enfants, on dit souvent que c’est parler à Dieu. La vie de prière commence souvent par les petites récitations que nos parents nous apprennent pour bénir le repas ou avant de dormir ou à répéter le « Notre Père ». Malheureusement, plusieurs se sont arrêtés là, se satisfaisant de ces quelques phrases à répéter dans la journée.

Matthieu 6:7

Or, quand vous priez, n’usez pas de vaines redites, comme les païens ; car ils croient qu’ils seront exaucés en parlant beaucoup.

Je comprends qu’il ne soit pas naturel au début de prier. Prier est à la fois simple et compliqué. Dieu me forme encore sur cet aspect, mais j’aimerais tout de même vous témoigner de comment ma vie de prière s’est transformée durant tout mon cheminement avec le Seigneur.

Après ma phase de récitation de prières, j’ai commencé à prier des « textes » écrits par d’autres chrétiens qui finalement reflétaient assez bien ce que je voulais dire à Dieu. C’était un moyen pour moi de continuer à parler à Dieu, même si je ne savais pas vraiment encore quoi lui dire. Petit à petit, je me suis mise à écrire « mes propres prières » puis quand venait le moment de prier en famille, je les lisais tout simplement.

Matthieu 7:7-11

Demandez, et on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; heurtez, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit ; et qui cherche, trouve ; et l’on ouvre à celui qui heurte. Et qui sera même l’homme d’entre vous qui donne une pierre à son fils, s’il lui demande du pain ? Et s’il lui demande du poisson, lui donnera-t-il un serpent ? Si donc vous, qui êtes mauvais, savez bien donner à vos enfants de bonnes choses, combien plus votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il des biens à ceux qui les lui demandent ?

Au fur et à mesure que ma relation avec le Seigneur grandissait, j’ai commencé à prier Dieu plus « naturellement » : le remercier pour les événements heureux, lui confier mes soucis, lui demander de m’accompagner pour telle ou telle situation … Je commençais à prier Dieu par ci, par là, quand j’y pensais ou quand je pensais avoir besoin de Lui.

Philippiens 4:6

Ne vous inquiétez d’aucune chose, mais exposez vos besoins à Dieu en toutes occasions, par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.

J’ai également eu une phase de « je chante donc je prie », puisque les paroles des chansons s’adressaient à Dieu. Je me contentais de chanter, pensant ainsi que « je priais sans cesse ». Mais en réalité, je ne prenais presque plus le temps de me mettre à l’écart et me concentrer sur ce que je disais à Dieu. Même Jésus prenait le temps de se mettre à l’écart pour prier le Père (Luc 6:12, Marc 1:35, …). Alors que je croyais que prendre (ou reprendre) de telles habitudes pour prier serait synonyme de retour en arrière et de formalisme religieux, j’avais tout faux. Oui, Dieu veut que nous prions sans cesse (1 Thessaloniciens 5:17), mais Il veut également que nous ayons des moments de qualité avec Lui (Matthieu 6:6). Je réapprends donc encore aujourd’hui la discipline de la prière.

Puis j’ai aussi connu des personnes qui priaient différemment, pour des sujets qu’il ne me serait même pas venu à l’idée de prier, pour des détails, des prières précises qui ne se contentaient pas de demandes « générales ». L’idée n’était pas de se comparer, car je savais que Dieu entendait malgré tout mes prières imparfaites aussi. Seulement, je me suis rendue compte que je ne me sentais pas si proche de Dieu que ça, que je me contentais souvent de banalités. S’Il agissait, tant mieux (et dans sa bonté, Il a agi dans ma vie), mais s’Il n’agissait pas, je ne me posais pas plus de questions que ça, c’était normal aussi. C’est vrai que j’avais déjà la foi que « Dieu exauçait mes prières », mais cela ressemblait plus à une relation « distributeur automatique de bénédictions » qu’à une réelle conversation. J’ai alors appris à prier ce que Dieu me mettait sur mon coeur, et non pas forcément selon mes « propres passions ». Cela a été une période où j’ai aussi beaucoup eu à coeur de prier pour les autres, pour intercéder.

Jacques 4:2-3

Vous désirez, et vous n’obtenez pas ce que vous souhaitez; vous êtes envieux et jaloux, et vous ne pouvez rien obtenir; vous avez des querelles, et vous vous faites la guerre, et vous n’avez pas ce que vous recherchez, parce que vous ne demandez pas. Vous demandez, et vous ne recevez point, parce que vous demandez mal, et dans la vue de fournir à vos voluptés.

J’ai appris à prier « au nom de Jésus ». Bien sûr avant, je disais déjà « au nom de Jésus » à la fin de toutes mes prières, car je savais que s’il n’y avait pas eu Jésus, je ne pourrais pas m’adresser au Père. Mais j’ai compris que prier au nom de Jésus, c’était aussi prier selon son coeur, selon sa volonté, et non pas selon ce que moi je voulais de Lui. Beaucoup de mes prières « vagues » se sont transformées en requêtes précises, et surtout, dans le souci de plaire à Dieu premièrement, de prier selon ses directives.

Jean 16:23-24

Et en ce jour-là vous ne m’interrogerez plus de rien. En vérité, en vérité je vous dis, que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom; demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit accomplie.

Jean 15:7-8
Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et il vous sera fait. En ceci mon Père est glorifié, que vous portiez beaucoup de fruit ; et vous serez alors mes disciples.

1 Jean 5:14-15
Et c’est ici la confiance que nous avons en Dieu, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous exauce. Et si nous savons qu’il nous exauce, en quoi que nous demandions, nous le savons parce que nous obtenons les choses que nous lui avons demandées.

Je me sentais de plus en plus à l’aise quand je priais, et effectivement, Dieu me répondait et c’était pour moi un sujet de joie. Mais je suis tombée dans un autre piège : la multiplication de belles paroles ou encore la tentation des beaux discours. Cela m’arrivait principalement en communauté. Effectivement, je savais maintenant mieux « quoi dire », et je ne me privais pas de le dire. Le souci était que mes prières seul à seul avec Dieu ne ressemblaient pas beaucoup à ce que j’étais capable de « sortir » devant d’autres personnes. Je me suis peu à peu rendue compte que je me sentais obligée de montrer que je savais prier et qu’il m’arrivait par conséquent de « surjouer ». De la même façon, je pouvais facilement partager un tas de sujets de prière, mais pour lesquels je ne mettais pas autant de coeur à prier seule avec le Père. Encore une fois, Dieu me faisait prendre conscience des « lacunes » de ma relation avec Lui.

Aujourd’hui, je ne prie plus beaucoup devant les autres. Non pas que je pense que ce soit mal, mais Dieu est encore en train de me former sur ce point, et je privilégie pour l’instant les prières dans l’intimité.

Matthieu 6:5-6

Et quand tu prieras, ne fais pas comme les hypocrites ; car ils aiment à prier en se tenant debout dans les synagogues et aux coins des rues, afin d’être vus des hommes. Je vous dis en vérité qu’ils reçoivent leur récompense. Mais toi, quand tu pries, entre dans ton cabinet, et ayant fermé la porte, prie ton Père qui est dans ce lieu secret ; et ton Père qui te voit dans le secret, te le rendra publiquement.

Il arrivait que certaines de mes prières ne recevaient pas vraiment de réponses, mais cela ne m’alarmait pas plus que ça. D’ailleurs, je finissais pas arrêter de prier pour ces sujets, pas nécessairement volontairement, mais plutôt par oubli. Mais Dieu m’a alors appris la persévérance.

Luc 18:1-8

Jésus leur dit aussi cette parabole, pour montrer qu’il faut toujours prier, et ne se relâcher point: Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu, et qui n’avait aucun égard pour personne. Il y avait aussi dans cette ville-là une veuve, qui venait souvent à lui, et qui lui disait: Fais-moi justice de ma partie adverse. Pendant longtemps il n’en voulut rien faire. Cependant, il dit enfin en lui-même: Quoique je ne craigne point Dieu, et que je n’aie nul égard pour aucun homme; Néanmoins, parce que cette veuve m’importune, je lui ferai justice, afin qu’elle ne vienne pas toujours me rompre la tête. Et le Seigneur dit: Ecoutez ce que dit ce juge injuste. Et Dieu ne vengera-t-il point ses élus, qui crient à lui jour et nuit, quoiqu’il diffère sa vengeance? Je vous dis qu’il les vengera bientôt. Mais quand le Fils de l’homme viendra, pensez-vous qu’il trouve de la foi sur la terre?

J’ai souvent trouvé cette parabole bizarre. Je me voyais mal enquiquiner Dieu comme une enfant capricieuse qui, tant qu’elle n’a pas reçu ce qu’elle demandait, reviendrait à la charge. Alors, je priais une fois ou deux, puis je me disais que sa volonté sera faite de toutes façons. Mais au travers de plusieurs récits de la Bible, j’ai compris que je ne pouvais pas me contenter de ça.

  • La prière de Jésus à Géthsémané (Matthieu 26:36-45) : Jésus a accepté la volonté de Dieu mais a tout de même prier avec persévérance pour que cette coupe lui soit ôtée.
  • La prière de David pour son fils illégitime qui allait mourir (2 Samuel 12:15-23) : j’ai beaucoup été marquée par son « Qui sait si l’Eternel aura pitié de moi ? ».
  • Les Ninivites qui se sont repentis suite aux avertissements de Jonas (Jonas 3:6-10)

Mes prières manquaient de ferveur, elles étaient tièdes, et que même si je pensais « respecter la volonté de Dieu » (à savoir de me dire que Dieu fait ce qu’Il veut de toutes façons), je manquais en fait beaucoup de foi. Je pense que c’est cette foi qui fait bouger les montagnes que Jésus aimerait retrouvait à son retour.

Marc 11:20-24
Et le matin comme ils passaient auprès du figuier, ils virent qu’il était devenu sec jusqu’à la racine. Et Pierre s’étant souvenu de ce qui s’était passé , dit à Jésus : Maître, voici, le figuier que tu as maudit, est tout sec. Et Jésus répondant, leur dit : croyez en Dieu. Car en vérité je vous dis, que quiconque dira à cette montagne : quitte ta place, et te jette dans la mer, et qui ne chancellera point en son coeur, mais croira que ce qu’il dit se fera, tout ce qu’il aura dit lui sera fait. C’est pourquoi je vous dis : tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous le recevrez, et il vous sera fait.

 

Cet article a été publié la 1ère fois le 8 avril 2015 sur mon ancien blog Graine de moutarde.

Une pensée sur “Relation personnelle”

Laisser un commentaire